Rose

Public cible

11 à 15 ans

Crédt photo : Isabelle Hubert

À 15 ans, Rose file un mauvais coton. Sa dépression l’a menée sur un chemin éprouvant : hôpital, départ de l’école, isolement. Un soir, pour faire plaisir à ses parents, elle réussit à sortir de son pyjama pour aller prendre une marche. C’est ainsi qu’au pied d’une tour à bureaux, elle va faire la connaissance de Victor, un ado singulier qui fuit la lumière, espionne les gens, parle trop et joue sinistrement au soccer!

Dans un chassé-croisé où le présent et le futur se disputent la vérité, cette improbable amitié mènera Rose des bas-fonds de son estime personnelle au sommet de la tour, entre l’obscurité de ses souvenirs et la lumière du jour qui se lève.

Rose est une ode la vie, empreinte d’humour et de tendresse. Avec empathie, la pièce cherche sans complaisance à brosser un tableau juste et nécessaire de la souffrance psychologique qui mène parfois à poser un geste fatal.

Isabelle Hubert, Mario Borges et Carol Cassistat créent Rose

ISABELLE HUBERT  

Elle est née en Gaspésie, voulait être maîtresse d’école, comédienne, informaticienne, religieuse et officier dans la marine. Elle a finalement étudié en théâtre et en création littéraire.  

Formée à l’Université Laval et à l’École Nationale de théâtre du Canada, Isabelle Hubert a la plume libre et polyvalente. Ses textes, créés sur les scènes de et du Québec, se sont mérités plusieurs prix.  

Parmi eux, mentionnons Couteau, sept façons originales de tuer quelqu’un avec… créé à Espace Go (Prime à la création du Fond Gratien-Gélinas), À tu et à toi, créé au Théâtre Périscope (production finaliste pour le Prix de la Critique de Québec 2007-08), La robe de Gulnara, créé au Théâtre de la Bordée, repris à Espace Go et présenté en tournée partout au Québec (Prix de la Critique de Québec 2009-10) et Laurier Station, 1001 répliques pour dire je t’aime créé au Théâtre Périscope et repris en tournée (Prix Coup de Cœur Télé-Québec, FAIT 2012). Attachée au Théâtre du Bic, elle y a créé Le cas Joé Ferguson en 2016 (repris à l’automne 2017 au Théâtre du Trident) et Le baptême de la petite en 2018 (repris à l’automne 2018 au Théâtre Périscope). En 2020, son adaptation du roman de Roger Lemelin, Les Plouffe, connaît un énorme succès.  

Auteure curieuse et éclectique, elle a aussi écrit des comédies qui font rire les vacanciers, prêté sa plume à des projets muséologiques et participé à titre de scénariste à quelques courts-métrages et magazines télévisés. Elle a réalisé plusieurs résidences d’écriture (entre autres, à Londres, à Villeneuve-lès-Avignon, en Guadeloupe et en Pologne) et, depuis 2005, elle enseigne l’écriture dramatique à l’Université Laval. 

CAROL CASSISTAT  

Depuis sa sortie du Conservatoire d’art  dramatique de Québec (promotion 1989), Carol Cassistat a joué dans plus de 60 productions professionnelles tant sur les scènes du Québec qu’à l’extérieur du pays. Metteur en scène d’une vingtaine de spectacles et animateur d’ateliers de théâtre depuis plus de trente ans, il a constamment œuvré auprès des enfants dans son cheminement artistique. 

Il a participé à près de 500 émissions télé dédiées à la jeunesse (Télé-Pirate, La rue Tabaga, Watatatow, au Canal famille et à Radio-Canada) en tant qu’animateur et comédien. Il a également joué pour le Théâtre du Gros Mécano de 1991 à 2001 dans Jo et Gaĩa la terre et dans L’Orchidée, au Québec et en France, de même que dans La librairie de 2010 à 2020. On a pu le voir aussi dans différents théâtres de Québec, mais plus particulièrement sur la scène du Théâtre La Fenière pendant plus de 20 ans. 

Il est cofondateur de la compagnie Sortie de secours en 1988 et aussi cofondateur de la Cie Théâtrale Azimut 960 (1987-2012) pour des projets de théâtre dans les communautés du Nunavut ; il a créé plus tard à l’intérieur de cette structure, une école de théâtre pour les jeunes. 

Ses activités à la direction artistique du Théâtre du Gros Mécano ont débuté à l’automne 2001, d’abord en tant que codirecteur artistique pendant 3 ans ; et depuis septembre 2004, il assume seul la direction artistique de la compagnie et en est également le codirecteur général. Depuis ce temps, il œuvre davantage au développement de la compagnie en créant des spectacles originaux dédiés aux jeunes et à la famille, avec les artistes de Québec qu’il souhaite voir rayonner partout sur les scènes québécoises, canadiennes et à l’international. 

MARIO BORGES  

Formé à l’École de  théâtre du CÉGEP de Saint-Hyacinthe (1990), Mario Borges est un artiste très polyvalent dans le monde théâtral. Dès sa sortie de l’école, il fonde le Théâtre Le Boléro et en assume la direction artistique et générale jusqu’en 2003. Avec cette compagnie, installée dans la région maskoutaine, il développe de nombreux projets de mises en scène, explorant notamment des dramaturgies étrangères. Il s’intéresse entre autres à Gogol, Ionesco, Sartre, Rodriguès, Carol Oates, Mamet. Rapidement, ses pairs lui reconnaissent de grandes qualités de directeur d’acteurs. 

Puis, il dirige pour d’autres compagnies Les Girls de C. Desrochers, Zastrozzi de G.F. Walker, Le baiser de la veuve de I. Horovitz, Le chant de Georges Boivin de M. Bellemare. En parallèle, Borges poursuit une démarche de pédagogue, particulièrement à l’École de théâtre du CÉGEP de Saint-Hyacinthe où il est invité régulièrement à diriger des exercices. Il y a monté L’échelle de M. Bellemare, en coproduction avec la Comédie de Saint-Étienne, Ivresse de F. Richter, Noce de sang de F.G. Lorca, Le lézard noir de Y. Mishima. 

Codirecteur artistique et général du Théâtre Bluff avec lequel il collabore depuis plus de 15 ans, Mario Borges est en grande partie responsable de la relance de cette compagnie de création. 

Crédits

Texte
Isabelle Hubert

Mise en scène
Mario Borges et Carol  Cassistat

Distribution
Félix Lahaye, Célia Gouin-Arsenault, Éva Daigle et Pierre-Yves Charbonneau

Assistance à la mise en scène
Émanuelle Kirouac-Sanche

Une coproduction du Théâtre du Gros Mécano et du Théâtre Bluff.